Ajouté le 11/12/2018

Surdicom

Abandon de Bob Escoffier sur la Route du Rhum - Destination
Rhum Mono

11/11 - 12:11

Bob Escoffier a signifié son abandon ce dimanche en fin de matinée.
Après avoir pris la sage décision de se mettre à l’abri dans le port de Roscoff afin de laisser passer les trois grosses dépressions qui ont dernièrement balayé le golfe de Gascogne et largement malmené les trois quart de la flotte, Bob Escoffier s’apprêtait à profiter de la fenêtre météo qui s’ouvre aujourd’hui pour repartir en course et rallier Pointe-à-Pitre à bord de Kriter V. Lors de son escale, le Malouin a constaté un problème de voie d’eau qui reste, à ce jour, mystérieux et qui ne lui permet pas d’envisager d’effectuer les 3 500 milles du parcours dans des conditions normales de sécurité. Pour le doyen de la compétition, qui espérait finir en beauté sa cinquième Route du Rhum, c’est évidemment un coup dur !
Il y a une semaine tout juste que le départ de la 11ème édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe était donné, à Saint-Malo. En marin avisé, Bob Escoffier avait alors annoncé son intention de préserver sa monture et, par conséquent, sa décision de se mettre à l’abri dans le port de Roscoff avant d’être imité par de très nombreux autres marins. « Concernant ce choix, je n’ai aucun regret. Le bateau a 40 ans et moi, je n’en ai plus 25. La raison naturellement pris le dessus sur le reste. Dans cette période d’attente, nous avons constaté que le bateau faisait un peu d’eau, ce qui nous a poussé à le mettre à sec pour déterminer le problème. Nous avons alors détecté une fissure sur l’une des stratifications à l’arrière mais celle-ci a vite été réparée par le chantier Yvin, à Roscoff, qui a fait du super boulot. Aussi, lorsque Karine Fauconnier, mon routeur, m’a contacté pour m’indiquer qu’une fenêtre s’ouvrait ce dimanche, je me suis préparé à partir dans la matinée, réservant notamment un semi-rigide pour m’accompagner jusqu’à ma ligne de départ, puis j’ai remis Kriter V dans son élément, ce samedi à 10 heures. Problème : lorsque je suis revenu sur les coups de 14 heures, j’ai trouvé de l’eau dans le fond de la coque. Nous avons estimé que le bateau prenait 25 litres par heure et ce, au port, sans que le bateau souffre par l’état de la mer », détaille Bob qui a passé tout l’après-midi d’hier à pomper, éponger puis sécher son monocoque pour tenter de trouver la fuite. En vain.
« J’avoue que j’ai un peu le moral dans les baskets parce que j’étais prêt à repartir aujourd’hui et à participer à cette course dans la course qu’il va y avoir avec tous ceux, comme moi, qui se sont planqués pour éviter le mauvais temps et qui repartent maintenant à l’assaut de l’Atlantique. Nous savons que le problème n’est pas structurel mais ce n’est toutefois pas rassurant de partir dans ce type de conditions, surtout après ma mauvaise expérience d’il y a quatre ans. Je n’ai pas d’autre choix que de jeter l’éponge et c’est extrêmement frustrant pour moi, même si je ne suis pas du genre à me laisser abattre. C’est difficile de devoir renoncer à un projet auquel on a, avec mes partenaires, consacré toute notre énergie depuis un an et demi mais c’est ainsi », a conclu Bob Escoffier qui va rallier Saint-Malo, son port d’attache, dès ce midi.
... Voir plusVoir moins

Abandon de Bob Escoffier sur la Route du Rhum - Destination
Rhum Mono

11/11 - 12:11

Bob Escoffier a signifié son abandon ce dimanche en fin de matinée.
Après avoir pris la sage décision de se mettre à l’abri dans le port de Roscoff afin de laisser passer les trois grosses dépressions qui ont dernièrement balayé le golfe de Gascogne et largement malmené les trois quart de la flotte, Bob Escoffier s’apprêtait à profiter de la fenêtre météo qui s’ouvre aujourd’hui pour repartir en course et rallier Pointe-à-Pitre à bord de Kriter V. Lors de son escale, le Malouin a constaté un problème de voie d’eau qui reste, à ce jour, mystérieux et qui ne lui permet pas d’envisager d’effectuer les 3 500 milles du parcours dans des conditions normales de sécurité. Pour le doyen de la compétition, qui espérait finir en beauté sa cinquième Route du Rhum, c’est évidemment un coup dur !
Il y a une semaine tout juste que le départ de la 11ème édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe était donné, à Saint-Malo. En marin avisé, Bob Escoffier avait alors annoncé son intention de préserver sa monture et, par conséquent, sa décision de se mettre à l’abri dans le port de Roscoff avant d’être imité par de très nombreux autres marins. « Concernant ce choix, je n’ai aucun regret. Le bateau a 40 ans et moi, je n’en ai plus 25. La raison  naturellement pris le dessus sur le reste.  Dans cette période d’attente, nous avons constaté que le bateau faisait un peu d’eau, ce qui nous a poussé à le mettre à sec pour déterminer le problème. Nous avons alors détecté une fissure sur l’une des stratifications à l’arrière mais celle-ci a vite été réparée par le chantier Yvin, à Roscoff, qui a fait du super boulot. Aussi, lorsque Karine Fauconnier, mon routeur, m’a contacté pour m’indiquer qu’une fenêtre s’ouvrait ce dimanche, je me suis préparé à partir dans la matinée, réservant notamment un semi-rigide pour m’accompagner jusqu’à ma ligne de départ, puis j’ai remis Kriter V dans son élément, ce samedi à 10 heures. Problème : lorsque je suis revenu sur les coups de 14 heures, j’ai trouvé de l’eau dans le fond de la coque. Nous avons estimé que le bateau prenait 25 litres par heure et ce, au port, sans que le bateau souffre par l’état de la mer », détaille Bob qui a passé tout l’après-midi d’hier à pomper, éponger puis sécher son monocoque pour tenter de trouver la fuite. En vain.
« J’avoue que j’ai un peu le moral dans les baskets parce que j’étais prêt à repartir aujourd’hui et à participer à cette course dans la course qu’il va y avoir avec tous ceux, comme moi, qui se sont planqués pour éviter le mauvais temps et qui repartent maintenant à l’assaut de l’Atlantique. Nous savons que le problème n’est pas structurel mais ce n’est toutefois pas rassurant de partir dans ce type de conditions, surtout après ma mauvaise expérience d’il y a quatre ans. Je n’ai pas d’autre choix que de jeter l’éponge et c’est extrêmement frustrant pour moi, même si je ne suis pas du genre à me laisser abattre. C’est difficile de devoir renoncer à un projet auquel on a, avec mes partenaires, consacré toute notre énergie depuis un an et demi mais c’est ainsi », a conclu Bob Escoffier qui va rallier Saint-Malo, son port d’attache, dès ce midi.

Ajouté le 11/05/2018

Surdicom

Bon vent Bob ! ... Voir plusVoir moins

Bon vent Bob !

Ajouté le 10/26/2018

Surdicom

Dans la presse locale cette semaine : ... Voir plusVoir moins

Dans la presse locale cette semaine :Image attachmentImage attachment

Ajouté le 10/25/2018

Surdicom

SURDICOM a inauguré sa Maison de l'Audition le vendredi 19 octobre.
Toute l'équipe était rassemblée autour de ses invités.
La convivialité et le buffet ont été appréciés. C'était aussi l'occasion du vernissage de l'exposition des œuvres de Roseline AL OUMAMI et de Marc BEAUMIN.
Merci à tous les invités pour leur présence et à toute l'équipe.

SURDICOM
Maison de l'Audition
3 Boulevard St Germain
FOUGERES
... Voir plusVoir moins

SURDICOM a inauguré sa Maison de lAudition le vendredi 19 octobre.
Toute léquipe était rassemblée autour de ses invités.
La convivialité et le buffet ont été appréciés. Cétait aussi loccasion du vernissage de lexposition des œuvres de Roseline AL OUMAMI et de Marc BEAUMIN.
Merci à tous les invités pour leur présence et à toute léquipe.

SURDICOM
Maison de lAudition
3 Boulevard St Germain
FOUGERESImage attachmentImage attachment

 

Commenter sur Facebook

Belle équipe !!

Quelles talents en présence

Ajouté le 10/22/2018

Surdicom

EXPOSITION :

Marc BEAUMIN, Céramiste, rien ne lui est étranger dans l'art et la manière de façonner la glaise puis de la passer par le feu dans son four. Il rêve d'une terre sans ombre, purifiée, emmenant l'humanité vers la lumière.

Venez découvrir ses céramiques à la
Maison de l'Audition

SURDICOM
3 Boulevard St Germain
FOUGÈRES
... Voir plusVoir moins

 

Commenter sur Facebook

Bravo,Marc ! Dommage,que Fougères, soit trop éloigné de Quimper 😞😞

Ajouté le 10/20/2018

Surdicom

Audrey, assistante SURDICOM, était en formation à Lyon chez UNITRON. ... Voir plusVoir moins

Audrey, assistante SURDICOM, était en formation à Lyon chez UNITRON.

Ajouté le 10/17/2018

Surdicom

Roseline Al Oumani expose ses œuvres à La Maison de l'Audition.
Venez vous abandonner à une rêverie colorée.
Pour l'artiste peindre,"c'est s'évader, partager,...".
puissante, la peinture de Roseline Al Oumani, c'est de l'émotion, et tout simplement magnifique !

SURDICOM
Maison de l'Audition
3 Boulevard St Germain
FOUGERES
... Voir plusVoir moins

Ajouté le 10/15/2018

Surdicom

Une mauvaise audition accélère la perte d’autonomie

Dépister la perte d’audition chez les seniors contribue au bien-vieillir. Trop peu diagnostiquée, la déficience auditive a d'importantes répercussions sur la vie quotidienne de la personne âgée. Selon une étude scientifique, les personnes malentendantes non équipées voient leur risque de dépendance précoce s'accroître.

La plupart des déficiences auditives se développent au fur et à mesure de l’avancée en âge. Selon la Fondation pour l'audition, environ 30% des personnes de plus de 65 ans souffrent de troubles de l’audition. Pour les personnes de 85 ans et plus, cette proportion passe à 70-90%., connus sous le terme de presbyacousie. Les signes évocateurs de la presbyacousie sont une baisse de la perception des sons aigus et des problèmes de compréhension dans le bruit. Avec le temps, les difficultés auditives et les troubles de la compréhension s’accentuent, y compris dans des ambiances plus calmes, et peuvent aboutir à une surdité invalidante pour la personne âgée.

Une personne âgée qui entend de moins en moins bien et qui ne s’appareille pas est une personne qui s’isole et qui multiplie les risques de devenir dépendante. De récentes études démontrent la relation entre la malentendance et la dépendance des personnes âgées.

Les travaux récents du Pr Hélène Amieva, psychogérontologue à l'Institut de santé publique, d'épidémiologie et de développement – biostatistique à l'Université de Bordeaux, et son équipe confirment que
les malentendants appareillés courent un risque moindre de dépendance, de démence et de dépression que ceux qui ont le même handicap et ne sont pas équipés.

Il faut faire contrôler régulièrement son audition.

À partir de 60 ans, il est nécessaire de faire régulièrement contrôler son audition tous les ans pour dépister au plus tôt une presbyacousie débutante et prendre les mesures nécessaires pour la compenser.
Il n’existe aucun traitement contre la presbyacousie. Mais lorsque la baisse de l’audition est trop importante, il est possible de disposer de prothèses auditives qui améliorent la vie sociale des personnes concernées.

Article paru dans DOMIMAG le 29 juin 2018
... Voir plusVoir moins

Une mauvaise audition accélère la perte d’autonomie

Dépister la perte d’audition chez les seniors contribue au bien-vieillir.  Trop peu diagnostiquée, la déficience auditive a dimportantes répercussions sur la vie quotidienne de la personne âgée. Selon une étude scientifique, les personnes malentendantes non équipées voient leur risque de dépendance précoce saccroître.

La plupart des déficiences auditives se développent au fur et à mesure de l’avancée en âge. Selon la Fondation pour laudition, environ 30% des personnes de plus de 65 ans souffrent de troubles de l’audition. Pour les personnes de 85 ans et plus, cette proportion passe à 70-90%., connus sous le terme de presbyacousie. Les signes évocateurs de la presbyacousie sont une baisse de la perception des sons aigus et des problèmes de compréhension dans le bruit. Avec le temps, les difficultés auditives et les troubles de la compréhension s’accentuent, y compris dans des ambiances plus calmes, et peuvent aboutir à une surdité invalidante pour la personne âgée.

Une personne âgée qui entend de moins en moins bien et qui ne s’appareille pas est une personne qui s’isole et qui multiplie les risques de devenir dépendante. De récentes études démontrent la relation entre la malentendance et la dépendance des personnes âgées.

Les travaux récents du Pr Hélène Amieva, psychogérontologue à lInstitut de santé publique, dépidémiologie et de développement – biostatistique à lUniversité de Bordeaux, et son équipe confirment que 
les malentendants appareillés courent un risque moindre de dépendance, de démence et de dépression que ceux qui ont le même handicap et ne sont pas équipés.
 
Il faut faire contrôler régulièrement son audition.
 
À partir de 60 ans, il est nécessaire de faire régulièrement contrôler son audition tous les ans pour dépister au plus tôt une presbyacousie débutante et prendre les mesures nécessaires pour la compenser. 
Il n’existe aucun traitement contre la presbyacousie. Mais lorsque la baisse de l’audition est trop importante, il est possible de disposer de prothèses auditives qui améliorent la vie sociale des personnes concernées.

Article paru dans DOMIMAG le 29 juin 2018

Ajouté le 10/10/2018

Surdicom

SURDICOM et SENSOCOM dans la course !

Bob ESCOFFIER , 69 ans, sur KRITER V SOCOMORE est engagé sur la 11ème édition de la Route du Rhum dans la catégorie" RhumMono". La course en solitaire s'élance le 4 novembre de Saint-Malo

SURDICOM équipe Bob ESCOFFIER d'aides auditives pour faciliter ses vacations et conserver sa vigilance tout au long du parcours en étant attentif aux signaux d'alerte sonore. SENSOCOM va équiper le bateau pour favoriser l'interconnexion entre les aides auditives et le matériel embarqué.

C'est l'engagement qualité des équipes de SURDICOM et SENSOCOM qui se concrétise dans cette aventure et ce défi d'équiper un grand marin et lui permettre de réaliser une belle performance.

Allez Bob !
... Voir plusVoir moins

SURDICOM et SENSOCOM dans la course !

Bob ESCOFFIER , 69 ans, sur KRITER V SOCOMORE est engagé sur la 11ème édition de la Route du Rhum dans la catégorie RhumMono. La course en solitaire sélance le 4 novembre de Saint-Malo

SURDICOM équipe Bob ESCOFFIER daides auditives pour faciliter ses vacations et conserver sa vigilance tout au long du parcours en étant attentif aux signaux dalerte sonore. SENSOCOM va équiper le bateau pour favoriser linterconnexion entre les aides auditives et le matériel embarqué.

Cest lengagement qualité des équipes de SURDICOM et SENSOCOM qui se concrétise dans cette aventure et ce défi déquiper un grand marin et lui permettre de réaliser une belle performance.

Allez Bob !
Voir plus